Le slow parenting, tout un art!

Certains pourraient dire qu’on fait du slow-parenting.  Après tout, on ne travaille tous les deux que quatre jours par semaine.  Ça fait bien 2 ans qu’on n’a pas inscrit nos enfants à un quelconque cours, préférant les matinées tranquilles et les activités en famille.  On prone à fond les activités libres, même lors des fêtes d’amis.  On est plutôt minimaliste côté ménage.  Alors vous vous dites : wow, ils doivent être relaxes ces parents-là, souvent zen et en forme!  No stress dans leur vie!  Hé bien non, on n’a pas réussi cet exploit!  Même si la course routinière boulot-marmot-dodo ne dure que 4 jours, chaque journée est aussi intense que celles de toutes les familles.  L’impatience n’est jamais bien loin face aux comportements parfois irritants de nos petits ou leur lenteur à se préparer.  On est fatigués, on attrape nos vingt microbes obligatoires par année.  Oui, nos fins de semaine ont 3 jours mais on dirait bien que l’humain a horreur du vide alors on trouve toujours moyen de les remplir.  Que ce soit des projets excitants (aller dormir en refuge en famille) ou un peu plus plate (des rénos!), on tend souvent à courir du matin au soir aussi la fin de semaine.  Je passe beaucoup de temps à popoter, voulant cuisiner de bons petits repas pour ma famille avec mes paniers de légumes bio.  Comme toutes les familles, il y a les commissions, la paperasse d’école, de garderie et de factures, le ménage, le lavage, la vaisselle, les soins des enfants.  Je passe trop souvent mon temps à dire « Non, maman n’a pas le temps de jouer, je fais des tâches » ou « Non, on n’ira pas au parc aujourd’hui » ou « l’escalade, ce sera pour une autre fin de semaine ».  Se sentir relaxe, écouter ma petite voix qui me chuchote de me reposer ou de me faire plaisir plutôt que d’enfiler des tâches ou activités sans arrêt, convaincre le reste de la troupe que du temps pour moi, pour notre couple, c’est nécessaire, tout ça reste un défi de tous les jours.  Être créatif pour sortir de la routine, pour rayer des trucs sur la liste de choses à faire pas parce qu’on les a faits mais bien parce qu’on choisi de les laisser tomber, devenir une pro des repas rapides mais délicieux, s’offrir des moments seule pour entendre cette petite voix intérieure trop souvent enterrée par le bruit et les besoins familiaux, intégrer les enfants aux tâches, s’arrêter, dire non.  L’art reste encore à perfectionner!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *