La mi-parcours (signé Marian)

Voici le 3ème article de notre collaboratrice Marian sur son road trip vers le Mexique.  Elle nous y raconte leur routine de route avec bébé ainsi que leurs trucs pour des dodos gratuits.  Vous avez manqué ses précédents articles?  Voici le premier ici et le 2ème !

 

Nous entamons aujourd’hui la cinquième journée de notre périple à destination de San Carlos, au Mexique. Nous sommes au Kansas, dans de beaux champs couleur miel. C’est tellement cliché, mais la route est constamment traversée de ces petits buissons ronds qui roulent au vent, comme dans les dessins animés. C’est assez drôle de les voir coincés dans le parechoc des camionneurs, comme s’ils voulaient faire de l’auto-stop. Ça ressemble aux Prairies canadiennes, mais avec l’exotisme du Far West. Nous avons déjà parcouru la moitié du chemin. Plus que quelques jours avant d’avoir les pieds dans le sable!

 

Nous avons établi une belle routine qui nous convient à tous les trois. Nous profitons des siestes de bébé pour avancer le plus possible, et dès qu’il montre des signes d’éveil et d’ennui, nous arrêtons à la halte routière suivante. Nous faisons parfois des pauses de deux ou trois heures, le temps de le nourrir, de jouer, de rire et de marcher un peu, lorsque la température le permet. Nous faisons habituellement deux ou trois segments de route en journée, puis mon amoureux attend parfois même la nuit pour rouler encore un peu, lorsque bébé dort à point fermé. D’ailleurs, la brume était si épaisse hier soir qu’il voyait à peine les camions à 20 pieds. Ce matin, quelle ne fut pas notre surprise de constater que le paysage qui nous entoure est superbe!

 

 

Notre garçon s’adapte très bien à sa nouvelle maison. L’avantage pour lui, c’est que nous sommes toujours à portée de vue et que nous lui consacrons beaucoup de temps. Un vrai champion! D’après des blogues de familles qui voyagent avec un poupon, il faut calculer en moyenne six heures de route pour un trajet de quatre heures sur le GPS. Nous nous assurons de le dégourdir tout au long du voyage, même s’il nous faut quelques jours de plus pour atteindre le Mexique.

 

J’adore l’expérience du roadtrip en motorisé. Nous avons toutefois eu droit à un véritable cocktail météo : soleil, pluie, orage, brouillard… Les journées se suivent, mais ne se ressemblent vraiment pas. Au début, le paysage était très similaire à celui du sud du Québec, mais il s’est peu à peu métamorphosé en prairie. Nous avons traversé de grandes rivières, des lacs jonchés d’arbres morts, quelques villes et beaucoup d’espaces inhabités. En motorisé, c’est aussi rassurant de savoir que nous ne manquerons de rien, avec un garde-manger bien garni et tout ce qu’il faut pour le bonheur de la famille. De temps à autre, il faut prévoir des arrêts pour faire le plein d’eau ou de propane, et pour vidanger nos réservoirs, mais ça fait partie de l’aventure.

 

Jusqu’ici, nous n’avons eu besoin de payer aucune nuit d’hébergement. Nous suivons en quelque sorte la route des camionneurs : il y a toujours un Flying J, un Pilot, un Travel center ou une halte routière qui accueillent les gros véhicules à bras ouverts. Nous avons choisi cette façon de voyager pour économiser en chemin; c’est au Mexique que nous allons vraiment nous installer dans un camping. Ce ne sont pas toujours les points de vue les plus pittoresques, mais puisque la température est encore trop fraîche pour manger à l’extérieur, cet arrangement nous convient parfaitement. Certains disent qu’il est possible de dormir gratuitement dans les forêts nationales, mais nous n’en avons croisé aucune jusqu’à maintenant.

 

Lorsqu’on voyage avec un poupon, un des principaux inconvénients est de ne pas pouvoir s’arrêter à sa guise pour prendre des photos. J’ignore si tous les enfants sont pareils, mais le nôtre se réveille à coup sûr dès que nous ralentissons. Puisqu’il faut alors attendre un bon moment sa prochaine sieste pour partir, nous choisissons souvent de faire la route d’un trait plutôt que de prendre d’excellents clichés. Nous aurons bien l’occasion de nous reprendre au Mexique!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *