Le doux vent du Sud (signé Marian)

Après des préparatifs intenses, la traversée de la frontière vers les Etats-Unis et le trajet du nord au sud de ce grand pays, voilà que ma collaboratrice Marian et sa famille prennent quelques journées d’arrêt dans un joli désert de montagnes...

Notre passage dans le désert des États-Unis a été plutôt mouvementé. Nous avons traversé le nord du Texas etatteint le Nouveau-Mexique sous des vents de 100 km/h et des tempêtes de sable. Imaginez cette force sur le véhicule le moins aérodynamique qui soit, avec ses murs droits et son excroissance au-dessus de l’habitacle. Je n’étais pas au fait de la météo puisque je n’avais pas d’Internet, mais j’ai appris plus tard que nous sommes passés au tout début d’une dépression monstre aux États-Unis. Heureusement que nous roulions vers le sud alors que la dépression évoluait dans la direction opposée!

Notre Bertha a tenu bon malgré tout. À vrai dire, il semble qu’un dôme du toit a décidé de poursuivre sa route sans nous dans le désert du Texas, mais c’est tout. Lors d’un arrêt, nous entendions un drôle de cognement à l’extérieur. Mon amoureux est courageusement sorti affronter le vent pour constater qu’il manquait une vis à un des dômes. Nous l’avons réparé, mais il n’a malgré tout pas fallu long avant d’entendre un gros « woumpf » en route. Le dôme! Nous avons alors immobilisé le véhicule dans une halte routièreet rampé à quatre pattes sur le toit pour constater l’étendue des dégâts, qui étaient heureusement minimes. Je me souviendrai longtemps du pauvre chauffeur de camion légèrement édenté qui nous a gentiment offert du « ducktape » pour réparer notre bris. Pas certaine que ça aurait tenu le coup avec ce vent à écorner les bœufs!

Sur le plan technologique, nous avons un GPS pour nous guider, mais avons décidé de n’acheter aucune carte SIM aux États-Unis et au Mexique, de sorte que nous n’avons ni Internet ni téléphone sur la route. En cas d’urgence, nous bénéficions d’une assistance routière au Canada et aux États-Unis grâce à notre assurance automobile. Lorsque nous serons au Mexique, nous allons contracter une assurance mexicaine auprès de Lewis and Lewis, qui s’accompagne elle aussi d’une assistance routière sur ce territoire. À vrai dire, ça nous fait un grand bien d’être débranchés pendant le voyage. Ça me permet de lire et d’écrire plutôt que de perdre mon temps sur le Web. Nous utilisons tout de même le Wifi gratuit des haltes routières et des restaurants pour combler nos besoins encommunications. La qualité du signal laisse souvent à désirer, mais c’est mieux que rien.

Côté météo, nous avons enfin eu droit à un peu de répit en arrivant au Nouveau-Mexique, un État tout à fait magnifique. Nous avions l’impression d’atterrir dans un décor lunaire, où rochers et monts se mêlent de plus en plus au sable et aux plaines. Le paysage était superbe. Les montagnes étaient d’autant plus belles après les interminables plaines que nous venions de traverser. J’ai vu du blanc au loin… Est-ce du sel? Eh non, il y avait bel et bien un léger couvert de neige en plein cœur du désert. Nous qui pensions nous habiller en été dans le sud des États-Unis! Les gens de la région nous assurent toutefois que la température est particulièrement froide cette année, comparativement à l’habitude.

Nous avons ensuite poursuivi notre route jusqu’en Arizona, dont les points de vue sont tous plus beaux les uns que les autres. Nous avons même enfreint notre règle de ne pas réveiller bébé pour prendre des clichés tellement c’était à couper le souffle! Nous avons décidé pour la première fois de rester deux nuits dans un camping de Patagonia, juste avant la frontière mexicaine de Nogales. C’est un petit village fondé en 1898 qui gardé tout son charme de l’époque des saloons western. Nous en avons profité pournous dégourdir un peu et nous organiser. Nous en avions tous grandement besoin après 7 jours sur la route!

Nous avons donc déjà parcouru 4000 km; il ne nous en reste plus que 455 pour atteindre notre première destination de San Carlos, au Mexique. D’ailleurs, le sud des États-Unis ressemble de plus en plus à l’Amérique latine dans son architecture et ses habitants. Voilà qui nous donne un bel avant-goût de la suite du voyage!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *