J’habite en région, j’ai 2 enfants et… PAS de voiture!

 

Aujourd’hui le 16 septembre, c’est la journée mondiale sans voiture. Je suis fière de pouvoir dire cette année que je vis sans automobile au quotidien depuis 6 mois, moi, maman de 2 enfants habitant en région! Comment en suis-je venue à ce mode de vie? Je vous raconte ici…

 

Depuis toujours, moi et mon conjoint avions chacun notre voiture sans trop se poser de question. C’était si pratique de les avoir dans notre cour, à disposition, toujours prêtes à partir. Tout de même, je ne tenais pas à en faire des heures par jour, nous avons donc acheté une maison pas trop loin de nos lieux de travail. De temps à autre, je me rendais travailler à vélo, pour le plaisir, mais j’appréciais avoir la voiture la plupart du temps, plus rapide, n’exigeant aucun effort physique et pratique pour les arrêts commissions.

 

Puis, est venu un premier élément déclencheur, un désir d’économiser pour un long voyage en famille sur plusieurs mois. Comment allions-nous trouver les sous pour cela? On pensait à vendre notre 2e voiture mais de petites craintes nous retenaient. Comment vivrai-je la « perte de temps » engendrée? Il faut savoir que, de porte à porte, mon trajet pour le travail prenait 15 minutes en auto alors qu’en bus il en prendrait 35…. X 2 donc 40 précieuses minutes de perdues chaque jour dans notre rythme de vie effréné… Et nous n’aurions plus la liberté de partir en voiture chacun de notre côté pour des commissions, visites, activités sportives pour nous ou les enfants…. Est-ce que ça allait trop nous manquer?

 

Deuxième élément déclencheur : la fin de vie de la voiture de mon conjoint. Voilà qu’un beau matin, la transmission du vieux véhicule de mon conjoint décide de lâcher. Quand la réparation coûte plus cher que la valeur de l’auto, tu te dis qu’il vaut mieux l’envoyer au ferrailleur…. C’est ainsi que subitement, j’ai remis les clés de ma voiture à mon conjoint (qui travaille en dehors de la ville) et je me suis retrouvée à pied. Au début, déstabilisée, j’avais l’impression d’entamer une nouvelle aventure, voire une nouvelle vie. Toute ma routine de transport était à redéfinir, les trajets de bus à apprendre et expérimenter. Tranquillement, j’ai trouvé les trajets qui me convenaient le mieux, j’ai appris à partir à l’heure exacte prévue (parce que les bus en région passent parfois seulement aux 30 minutes, voire davantage!). Et puis des avantages insoupçonnés de ce nouveau mode de vie me sont apparus…

 

Les avantages insoupçonnés, je vous en fait la liste!

 

L’économie

Bon, c’est un avantage auquel on s’attend mais avez-vous déjà pris le temps de calculer l’économie possible avec une voiture en moins? Aucun paiement mensuel de voiture (ou comptant à donner pour l’acheter), pas de pneus d’hiver ni d’été à débourser, pas d’immatriculation ni d’assurance, pas de gaz à mettre dedans ni d’argent pour les réparations et les changements d’huile, pas de stationnement à payer au travail ou en ville. Sérieux, ça monte facilement à 5000$ d’économies par année. WoW!

 

La forme

Pour me rendre à l’arrêt d’autobus, je dois marcher un peu. Et à ma sortie du bus, je dois encore marcher un peu pour me rendre au travail. Je fais donc au total un minimum de 2 km à pied par jour… et davantage quand je décide de me rendre directement au travail en marchant, ce qui en réalité n’est pas tellement plus long que de prendre le bus. Je fais même parfois le trajet à pied avec les enfants, les laissant à leur école primaire qui est sur le chemin au lieu de leur faire prendre leur autobus scolaire! Et ils adorent ça! J’utilise aussi plus souvent mon vélo. Avec les côtes de Sherbrooke, je pratique mon cardio. Et quand ensuite je fais du sport avec mes amis ou ma famille, eh bien je me rends compte qu’il y a longtemps que je n’avais pas été aussi en forme!

 

Un moment à moi de moi, où rien ne requiert mon attention

Vous savez le 40 minutes de temps que j’avais peur de perdre? Eh bien il s’est transformé en cadeau pour moi et c’est sans doute le plus grand avantage de cette histoire. Dans notre vie de famille bien chronométrée, il est rare d’avoir du temps pour soi avant que les enfants soient couchés. On s’occupe des enfants le matin et le soir, on se dépêche dans le trafic sur le chemin du travail, on passe toute la journée à être le plus efficace possible au boulot. Eh bien dans l’autobus, il n’y a personne qui ne me demande rien. Je peux fermer les yeux si j’ai besoin de les reposer (à condition de les rouvrir avant l’arrêt!). Je peux choisir de profiter du soleil et de faire le trajet à pied. Je vous jure d’ailleurs que ce 35 minutes s’étire et me fait sentir en vacances lorsque je pars à pied en piquant par le parc et que j’y aperçois des chevreuils qui détalent subitement à ma vue. Durant ces moments d’arrêt, je peux me perdre en silence dans mes pensées et je vous jure que j’en reviens reposée.

 

Un geste de plus pour l’environnement.

On sait que l’automobile est une source importante de pollution. Qu’elle contribue à la création du smog, des pluies acides, des gaz à effet de serre et à l’amincissement de la couche d’ozone. Qu’elle accélère le réchauffement climatique. J’ai donc le sentiment de faire une bonne action face à ce problème criant, bien que je reste très imparfaite à ce niveau (on s’est bien acheté un motorisé après tout!)

 

« C’est bien beau cette histoire mais ce n’est pas pour moi parce que… ». Effectivement, peut-être que ce n’est pas pour vous. Parce que votre travail est trop loin de la maison. Parce que vous n’avez pas accès à un service d’autobus. Parce que vous êtes monoparentale. Mais souvenez-vous qu’on se construit parfois nous-mêmes nos propres barrières. Qu’on les imagine souvent plus hautes qu’elles ne le sont réellement. Vous ne vous imaginez pas faire l’épicerie hebdomadaire de la famille en bus? Il y a sûrement moyen de faire livrer. Vous devez aller porter le petit dernier à la garderie? Si elle est près de la maison, pourquoi ne pas y aller à pied? Si elle est près du travail, pourquoi ne pas apporter votre enfant dans l’autobus avec vous? Si la garderie est loin de tout, pourquoi ne pas en changer? Il n’y a pas d’autobus? Peut-être que ce serait réaliste d’aller travailler à pied ou à vélo? Ou même de vous rapprocher du travail lors d’un déménagement?

 

Vous avez besoin d’inspiration, d’encouragement face à ces modes de transport plus actifs? Procurez-vous le dernier livre de Pierre Beauregard de Plein Air en Or « L’approche des défis par le plaisir ». Placez-le sur votre table de chevet et dégustez-le tranquillement. C’est promis, il vous convaincra que tout est possible et même, que c’est possible dans le plaisir! Pour plus d’infos sur ce livre écrit par un gars passionné, cliquez ici. Et non, je ne fais pas d’argent en vous le référant, je vous en parle car il m’a réellement inspiré lors de ma transition vers le « sans auto »…. Et aussi parce que c’est un gars vraiment sympathique!

 

Et alors, vous êtes prêts pour la journée mondiale sans voiture?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *