À l’eau avec mon marmot!

Dans la « vraie » vie, à part mon rôle de maman (et d’amoureuse, d’amie…) et mon passe-temps de blogueuse (et de randonneuse, de voyageuse…), je suis physiothérapeute en pédiatrie.  Oui, oui, je fais des jeux exercices avec des enfants toute une bonne partie de la journée!  J’aime beaucoup mon métier.  Créer le lien avec l’enfant (et le parent), trouver quel intérêt l’encouragera à apprendre à marcher, à bouger, chaque jour est un beau défi de créativité.  Parfois, on les accompagne aussi à améliorer leurs habiletés sportives de base et la natation en est une.  J’accompagne donc depuis plusieurs années des enfants dans la piscine de mon milieu de travail et, ensemble, on apprivoise l’eau qui est une merveilleuse modalité pour les jeux exercices.  Mon expérience me permet aujourd’hui de vous pister lorsque vous accompagnerez vos enfants à la piscine ou à la plage.  Quelle merveilleuse activité d’ailleurs pour se rafraîchir après une petite randonnée familiale!

 

Quelle aide flottante pour quel âge?

Qu’on se le dise, la veste individuelle de flottaison (VFI) ou veste de sauvetage est toujours le choix à considérer lorsqu’on veut assurer la sécurité de notre enfant (embarcations nautiques, baignade avec supervision éloignée, etc).  Toutefois, quand on est près et attentif à notre enfant et que ce qu’on souhaite est de développer son autonomie dans l’eau (et le sortir de nos bras), le VFI n’est pas l’accessoire idéal.  Ramenant constamment l’enfant sur le dos, celui-ci peut rapidement se sentir comme une tortue renversée s’il n’arrive pas à se retourner.  Voilà où se trouve l’utilité des autres systèmes de flottaison.

 

Les bateaux ou bouées pour bébé.  Pour être capable de maintenir une bonne position dans ce genre d’équipement, l’enfant doit au minimum être capable de garder la position assise seul, soit autour de 6 mois.  Privilégiez ceux avec une assise en filet, qui seront beaucoup plus confortables pour l’enfant.  Un pare-soleil est aussi judicieux pour limiter les coups de soleil.  C’est un accessoire intéressant pour avoir les bras libres quelques instants mais bébé appréciera toujours davantage les périodes dans vos bras ou au sol dans un faible niveau d’eau où vous  jouerez avec lui.

 

Les flotteurs aux bras et au tronc.  Utiles pour les jeunes enfants entre environ 2 et 4 ans, ces flotteurs apportent généralement assez de soutien pour éviter qu’ils descendent vers le fond même s’ils ne sont pas en mouvement.  De plus, les bouées aux bras permettent à l’enfant de garder une position entre la verticale et la diagonale, ce qui leur évite de tomber le visage dans l’eau.  Personnellement, j’aime bien ceux de type « Puddle Jumper » (comme sur la photo) qui s’installent facilement.  Il est aussi possible de jumeler les bouées gonflables traditionnelles aux bras avec une ceinture à la taille ou un ballon.

 

La ceinture de taille.  Utile vers 5 ans ou quand votre enfant commence à être à l’aise à l’horizontale et à patauger rapidement mais qu’il ne possède pas encore la capacité à nager sans aide flottante.  J’aime particulièrement celle avec les hippopotames (ou autre animal) qu’on peut ajouter ou retirer de la ceinture.  Le fait qu’une courroie passe à l’entrejambe permet aussi de la garder en place et ainsi d’éviter qu’elle remonte jusqu’aux aisselles.  La flottaison de ce type de système est plus limitée donc l’enfant doit rester en mouvement pour flotter.  Sinon, on peut revenir à l’étape précédente et ajouter des flotteurs aux bras!

 

Mon enfant a peur de l’eau, que puis-je faire pour qu’il soit plus à l’aise?

« C’est bien beau tout ça mais mon enfant est si craintif qu’il ne veut pas sortir de mes bras.  Que faire? »   Je dirais que dans l’eau il y a deux craintes principales auxquelles les enfants font face.  La première est d’avoir de l’eau dans le visage ou la tête dans l’eau.  Pour devenir à l’aise avec ceci, il faut aussi apprendre à bien contrôler sa respiration.  C’est un apprentissage qui se travaille bien au quotidien, dans le bain!  Voici différentes idées pour acclimater votre enfant :

  • L’habituer à se faire – ou s’arroser lui-même – la tête pour mouiller ses cheveux sans cacher/couvrir les yeux et le visage.  Utiliser un jouet de bain, un arrosoir, la pomme de douche, un contenant, etc.
  • Se pratiquer à faire des bulles en soufflant avec la bouche (et aussi le nez) dans l’eau.
  • Se pratiquer à mettre le visage dans l’eau en retenant son souffle durant quelques secondes.
  • Se coucher sur le dos et se relaxer les oreilles dans l’eau.
  • Mettre chaque partie de son visage une après l’autre dans l’eau pour rincer le savon (les joues, le nez, le front…)

 

Et dans une piscine où idéalement l’enfant touche au fond :

  • Aller chercher des objets au fond de la piscine en mettant la tête en tout ou en partie dans l’eau.
  • Se pratiquer à faire l’étoile sur le ventre et le dos en déposant bien la tête dans l’eau (utiliser une aide flottante et le support de l’adulte au besoin)
  • Se promener avec de l’eau à la hauteur des épaules en faisant des bulles avec la bouche (un requin-bulle qui tente de vous attraper!)
  • Mettre des lunettes ou un masque et mettre le visage dans l’eau pour regarder quelque chose qui s’y trouve (un jouet au fond, une main qui montre un nombre de doigt ou votre tête qui fait des grimaces!)
  • Se faire éclabousser le visage par d’autres amis qui nagent
  • Sauter ou glisser dans l’eau avec une aide flottante ou un adulte qui l’attrape.

 

Graduellement, avec le temps, la pratique et peut-être les années, votre enfant deviendra de plus en plus à l’aise.  Maintenant, pour devenir confortable « dans le creux« , il faut surtout que l’enfant qui ne nage pas seul porte une aide flottante qui le maintienne bien à la surface et en laquelle il a confiance.  S’il reste tout de même craintif, s’accrocher à quelque chose avec ses mains (une nouille de piscine par exemple), peut le sécuriser.  Avant de l’apporter dans la section profonde sans aide flottante ni autre objet flottant, assurez-vous qu’il sache nager sur une courte distance et rester près de lui.  Et s’il ne se sent pas prêt, continuer à pratiquer la nage dans un endroit où il peut déposer ses pieds en tout temps (barboteuse, piscine avec entrée graduelle, plage, etc)

 

Apprendre à nager sans suivre de cours, on fait ça comment?

Vous aimeriez soutenir votre enfant dans l’apprentissage de la nage sans nécessairement l’inscrire à un cours mais vous ne savez pas par où commencer?  Voici quelques pistes.  Pour nager, il faut d’abord apprendre à flotter à l’horizontale sur l’eau.  Pour ceci, on peut aider notre enfant à prendre la position de l’étoile.  Sur le ventre, il suffit d’écarter les bras et les jambes et de diriger son regard vers le fond (d’où l’importance d’être à l’aise la tête dans l’eau).  Sur le dos, on regarde vers le ciel en immergeant ses oreilles dans l’eau et on se détend, bras et jambes écartées, nombril pratiquement en dehors de l’eau.  Si votre enfant réussit à se détendre ainsi avec votre soutien, un bon pas est franchi.  Pour la nage, il est souvent plus facile de débuter sur le ventre le visage dans l’eau.  L’enfant peut tenir avec ses mains un objet flottant (planche, nouille) à bout de bras et battre des jambes avec le visage idéalement dans l’eau.  On insiste sur l’allongement du corps (garder les jambes longues et droites lors du battement), ce qui aidera beaucoup à la flottaison.  Quand c’est acquis, on lâche l’objet flottant et ajoute le mouvement des bras, avec une ceinture de taille au besoin.  Pour la nage sur le dos, il est aussi utile de débuter avec les jambes seulement, en utilisant un objet flottant ou une ceinture.  Les oreilles immergées dans l’eau, le fait de regarder un peu vers l’arrière aidera l’enfant à bien flotter.

Et voilà, je vous ai dévoilés pratiquement tous mes secrets!  En souhaitant que ces informations puissent vous permettre de passer de beaux moments dans l’eau avec vos marmots.  Et en cas de difficulté dans la progression de vos enfants, n’hésitez pas à les inscrire à un cours de la Croix Rouge.  Que ce soit un cours préscolaire (4 mois à 6 ans) ou Junior (à partir de 5 ans), ces séances leur permettront de multiplier leurs expériences dans l’eau et de bénéficier d’un moniteur qualifié.  Bonnes baignades!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *