S’initier à la survie en famille avec Redbeard Survival

« Que j’aimerais mieux connaître la nature qui nous entoure, les plantes de la forêt qui sont comestibles, comment survivre en forêt et utiliser ses ressources sans les gaspiller. »  Voilà comment je concluais mon article sur la Gaspésie l’été passé en parlant de notre expérience au site d’interprétation de la culture Mic Mac de Gespeg.  Imaginez ma réaction quand Redbeard Survival m’a contacté pour nous inviter deux adultes et deux enfants à une journée d’initiation à la survie.  Je n’ai même pas eu besoin d’y réfléchir, c’était un gros OUI!  Mon frère a sauté dans l’aventure avec mon filleul, ma fille et moi et c’était parti pour une belle journée en forêt!

Je dois vous avouer qu’en regardant le site internet, je m’étais un peu questionné.  Des instructeurs au regard sérieux, tatoués, à barbe et habillés en vert kaki.  Était-ce vraiment une activité familiale?  Mais ma conversation avec Éric, co-fondateur de l’entreprise, m’avait tellement emballée que j’étais confiante.  Et la journée d’initiation vécue m’a bien donné raison!  Les instructeurs ont beau ressembler à (et être pour certains) des militaires, ils sont d’abord et avant tout des experts de la vie en forêt et des hommes et des papas convaincus que les enfants ont leur place dans ce type de journée!  Ils sont aussi vraiment professionnels et expérimentés : Saviez-vous que Michael, instructeur et fondateur de l’entreprise, vient tout juste de passer 45 jours au Missouri pour parfaire ses habiletés de survie?  Je peux vous dire qu’on se sent rassuré avec lui dans les bois!

La journée de l’initiation arrivée, on commence l’activité par une courte randonnée.  Sur le trajet, l’instructeur nous fait découvrir des plantes médicinales et comestibles.  Certaines sont meilleures que d’autres : les feuilles de pissenlit et de chicorée sauvage, c’est amer!  Mais quel délice que l’oxalide (ou surette) et les boutures d’épinette!  Certaines ont des propriétés étonnantes : le plantain pour soulager les démangeaisons, l’achilée millefeuille qui agit comme une Advil.  J’aimerais tout savoir des plantes qui nous entourent!  Mais nous voilà déjà arrivés au lieu où l’on passera la journée, prêts à se faire initier à la débrouillardise dans les bois!

Que devrait-on amener comme trousse de survie en forêt?  Beaucoup de nourriture au cas où nous resterions en forêt plus longtemps que prévu et des pansements pour les bobos des petits?  Lors de l’initiation, je me rends compte que les principaux dangers sont plutôt le froid et la pluie, qui peuvent nous amener rapidement en situation d’hypothermie si on doit passer la nuit dans les bois même en plein été.  Ça vous donne une idée de ce qui correspond à la règle des 5 C, soit les essentiels à apporter?

On enchaîne ensuite avec plusieurs défis pour lesquels moi et ma fille faisons équipe.  Qui coupera sa corde en premier en n’utilisant que des objets de la nature?  Qui réussira à partir son feu sans papier journal et avec une seule allumette pour faire bouillir l’eau le plus rapidement possible?  Nous avons du plaisir à s’entraider pour réussir les défis.  Ma fille cherche des roches coupantes pendant que je m’acharne sur la corde.  J’entretiens le feu pendant qu’elle se promène en forêt pour me trouver de l’écorce de bouleau.  Elle est si fière de craquer sa première allumette et préparer son premier feu.  Quand les défis concernent surtout les adultes (couper une bûche sans hache!), les instructeurs prennent le temps d’occuper les enfants en leur montrant comment partir un feu avec une loupe ou en leur donnant l’occasion de toucher à une peau de loup.

La journée passe vite sur le Domaine du Radar, en Beauce.  Il est maintenant 15h, c’est le temps de rentrer à la maison mais les enfants ont déjà hâte de revenir et je pars avec juste l’envie d’en apprendre davantage.  Oserons-nous participer à la survie de base, soit un 24 heures en forêt avec dodo dans un abri construit de nos propres mains?  Même avec des enfants, c’est possible!  Avec ces gars prévoyants, qui s’assurent qu’une tente soit présente avec chauffage selon la saison sur le lieu du dodo et qui nous permettent d’apporter ce dont on croit avoir besoin pour notre confort, je serais vraiment en confiance de faire vivre cette expérience à ma fille de bientôt 8 ans.  D’ailleurs, saviez-vous que les enfants de 8 (voir 6 selon le niveau de maturité) à 12 ans sont admis gratuitement si accompagnés d’un parent?  Et que Redbeard Survival offre aussi des activités sur mesure pour les groupes et les entreprises?

Avant de s’asseoir dans l’auto pour le retour vers notre patelin, nous profitons de la présence de GOTS pour s’apprivisionner en matériel de survie.  Je m’équipe en paracorde, sifflet et allume-feu, des équipements si petits qu’ils en deviennent mon nouveau porte-clés mais en même temps si utiles en situation de survie.  J’ai tant encore à apprendre mais je me sens déjà plus confiante lors de nos sorties en nature et la possibilité de s’égarer ne me fait plus autant peur.  Et vous, sauriez-vous quoi faire si vous vous perdiez en pleine nature?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *